Revue Echange
  sommaire auteurs bibliothèque livre d'or liens David Collin recherche
A B C D E F G
H I J K L M N
O P Q R S T U
V W X Y Z    
CHRONIQUE
ECOUTER/VOIR
ENTRETIENS
EVENEMENT
FIGURES
FORMES
FRAGMENTS
GESTES
IMAGINE...
LIRE
PASSAGES
RECITS
REGARD
TRACES
VASES COMMUNICANTS
VOYAGES

THÉMATIQUES
  • Claire d’Aurélie, l’âme de Paupières de Terre
  •  
  • Le Cabinet de Kafka
  •  
  • Miguel de Unamuno, discours de Salamanque
  •  
  • Borges, rey de la selva
  •  
  • En attendant Celan
  •  
  • Dans les limbes avec Pessoa
  •  
  • Le rire de Bernhard
  •  
  • Les fantômes de Segalen
  •  
  • Pasolini vivant!
  •  
  • SPECIAL PASOLINI, novembre 1975
  •  
  • SPECIAL PASOLINI : Pour deux yeux...
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - l'Oraison de Moravia
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - Uccellacci e uccellini
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - Réminiscences d'images pasoliniennes
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - Pour moi ? Pasolini ?
  •  
  • Le crime d'Althusser
  •  
  • Sur Borges et Caillois
  •  
    SPECIAL PASOLINI - l'Oraison de Moravia

    Après l'assassinat de Pier Paolo Pasolini, le 2 novembre 1975 sur une plage d'Ostia, l'oraison funèbre de l'écrivain Alberto Moravia:




    Pasolini est mort d’une façon accordée, non à sa vie, mais aux convictions et aux préjugés de la société italienne: non par sa faute, mais par celles des autres. En d’autres termes, et pour être tout à fait clair: Pelosi et consorts ont été le bras qui a tué Pasolini ; mais les fauteurs de crime sont légion: ils sont la société italienne toute entière.
    ALBERTO MORAVIA



    David Collin

    imprimer ce texte
    texte en plus grosses lettres
         
       
    / / ADMINISTRATION