Revue Echange
  sommaire auteurs bibliothèque livre d'or liens David Collin recherche
A B C D E F G
H I J K L M N
O P Q R S T U
V W X Y Z    
CHRONIQUE
ECOUTER/VOIR
ENTRETIENS
EVENEMENT
FIGURES
FORMES
FRAGMENTS
GESTES
IMAGINE...
LIRE
PASSAGES
RECITS
REGARD
TRACES
VASES COMMUNICANTS
VOYAGES

THÉMATIQUES
  • Claire d’Aurélie, l’âme de Paupières de Terre
  •  
  • Le Cabinet de Kafka
  •  
  • Miguel de Unamuno, discours de Salamanque
  •  
  • Borges, rey de la selva
  •  
  • En attendant Celan
  •  
  • Dans les limbes avec Pessoa
  •  
  • Le rire de Bernhard
  •  
  • Les fantômes de Segalen
  •  
  • Pasolini vivant!
  •  
  • SPECIAL PASOLINI, novembre 1975
  •  
  • SPECIAL PASOLINI : Pour deux yeux...
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - l'Oraison de Moravia
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - Uccellacci e uccellini
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - Réminiscences d'images pasoliniennes
  •  
  • SPECIAL PASOLINI - Pour moi ? Pasolini ?
  •  
  • Le crime d'Althusser
  •  
  • Sur Borges et Caillois
  •  
    Miguel de Unamuno, discours de Salamanque

    Discours du philosophe espagnol Miguel de Unamuno, recteur de l'Université de Salamanque, le 12 octobre 1936, lors d'une cérémonie franquiste (dont il soutient d'abord le régime): 

    Je serai bref. La vérité est davantage vraie quand elle se manifeste sans ornements et sans périphrases inutiles. Je souhaite faire un commentaire au discours, pour lui donner un nom, du général Millan Astray, présent parmi nous. Laissons de côté l’injure personnelle d’une explosion d’invectives contre basques et catalans. Je suis né à Bilbao au milieu des bombardements de la seconde guerre carliste. Plus tard, j’ai épousé cette ville de Salamanque, tant aimée de moi, sans jamais oublier ma ville natale. L’évêque, qu’il le veuille ou non, est catalan, né à Barcelone. On a parlé de guerre internationale en défense de la civilisation chrétienne, il m’est arrivé jadis de m’exprimer de la sorte. Mais non, notre guerre n’est qu’une guerre incivile. Vaincre n’est pas convaincre, et  il s’agit d’abord de convaincre ; or, la haine qui ne fait pas toute sa place à la compassion est incapable de convaincre…On a parlé également des basques et des catalans en les traitant d’anti-Espagne ; eh bien, ils peuvent avec autant de raison dire la même chose de nous. Et voici monseigneur l’évêque, un catalan, pour vous apprendre la doctrine chrétienne que vous refusez de connaître, et moi, un Basque, j’ai passé ma vie à vous enseigner l’espagnol que vous ignorez.

    (Première interruption: “Viva la muerte !” [Vive la mort !] )

    Je viens d’entendre le cri nécrophile “Vive la mort” qui sonne à mes oreilles comme “A mort la vie !”. Et moi qui ai passé ma vie à forger des paradoxes qui mécontentaient tous ceux qui ne les comprenaient pas, je dois vous dire avec toute l’autorité dont je jouis en la matière que je trouve répugnant ce paradoxe ridicule. Et puisqu’il s’adressait au dernier orateur avec la volonté de lui rendre hommage, je veux croire  que ce paradoxe lui était destiné, certes de façon tortueuse et indirecte, témoignant ainsi qu’il est lui-même un symbole dela Mort 

    Une chose encore. [Unamuno commence à s'exalter à ses propres mots] Le général Millan Astray est un invalide. Inutile de baisser la voix pour le dire. Un invalide de guerre. Cervantès l’était aussi. Mais les extrêmes ne sauraient constituer la norme Il y a aujourd’hui de plus en plus d’infirmes, hélas, et il y en aura de plus en plus si Dieu ne nous vient en aide.


Je souffre à l’idée que le général Millan Astray puisse dicter les normes d’une psychologie des masses. Un invalide sans la grandeur spirituelle de Cervantès qui était un homme, non un surhomme, viril et complet malgré ses mutilations, un invalide dis-je, sans sa supériorité d’esprit, éprouve du soulagement en voyant augmenter autour de lui le nombre des mutilés. Le général Millan Astray ne fait pas partie des esprits éclairés, malgré son impopularité,  ou peut-être, à cause justement de son impopularité. Le général Millan Astray voudrait créer une nouvelle Espagne- une création négative sans doute- qui serait à son image. C’est pourquoi il la veut mutilée, ainsi qu’il le donne inconsciemment à entendre.”

  

    (A cet instant le général Millán Astray commence à hurler a gritar “Abajo la inteligencia !”[A bas l'intelligence !])




    Cette université est le temple de l’intelligence et je suis son grand prêtre. Vous profanez son enceinte sacrée. Malgré ce qu’affirme le proverbe, j’ai toujours été prophète dans mon pays. Vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas. Vous vaincrez parce que vous possédez une surabondance de force brutale, vous ne convaincrez pas parce que convaincre signifie persuader. Et pour persuader il vous faudrait avoir ce qui vous manque: la raison et le droit dans votre combat. Il me semble inutile de vous exhorter à penser à l’Espagne. J’ai dit...










    David Collin

    imprimer ce texte
    texte en plus grosses lettres
         
       
    / / ADMINISTRATION