Revue Echange
  sommaire auteurs bibliothèque livre d'or liens David Collin recherche
A B C D E F G
H I J K L M N
O P Q R S T U
V W X Y Z    
CHRONIQUE
ECOUTER/VOIR
ENTRETIENS
EVENEMENT
FIGURES
FORMES
FRAGMENTS
GESTES
IMAGINE...
LIRE
PASSAGES
RECITS
REGARD
TRACES
VASES COMMUNICANTS
VOYAGES

THÉMATIQUES
  • Fêter Marignan, défaire la pensée
  •  
  • Coïncidence/correspondance
  •  
  • La disparition de Gérard Bourgarel
  •  
  • Livre ou scénario ?
  •  
  • Notre tribunal militaire
  •  
  • Contre la cécité volontaire
  •  
  • Stella (2)
  •  
  • Stella(1)
  •  
  • Les loukoumades
  •  
  • La Maladie de la valeur
  •  
  • La Grande hypocrisie
  •  
  • Dernier jour.
  •  
  • Sabato et son double
  •  
  • Qui après Chessex ?
  •  
  • Vénérations contraires
  •  
  • De l'Amérique
  •  
  • De la chute des corps
  •  
  • Chutes
  •  
  • Cauchemar : mister Bama
  •  
  • La Traviata à la gare de Zürich
  •  
  • La communion
  •  
  • Les boucles d'oreille turquoises
  •  
  • Chute de barrières
  •  
  • La non-lecture ou l'impromptu afghan
  •  
  • Marie
  •  
  • Les serpents qui sifflent au fond de nos bouches
  •  
  • Céline et Celan vont en bateau...
  •  
  • Figurez-vous une soupe claire
  •  
  • La mort d'un arbitre
  •  
  • Le vaporisateur
  •  
  • Le polo Lacoste
  •  
  • L'apparition
  •  
  • Old look et New order
  •  
    Cauchemar : mister Bama

    Tchao Mister Bama 


     


    Ouf, c’est pas vrai, j’y crois pas.


    Mais c’est quoi cette bande de ouff qui vient flinguer le petit Mister Bama.


    Pourtant on l’aimait déjà le petit Bama, ici de Genève jusqu’à Ringis


    Comment ils ont pu faire ça, j’en crois pas mes neurones


    Qui flottent encore dans la beu du matin, dans le brouillard


    Moi qui croyais ma belle-mère qui me raconte depuis toujours


    Depuis ce quai de gare plein de flics en blouson


    Que depuis le King de Luther, on ne flinguait pas un black,


    Et qui a-t-on pour rêver depuis Malcom X dans cette cité


    Loin des poubelles qui chantent la nuit quand mes frères tapent dessus


    Je râlais en regardant le Grand Journal de Denisot nous parler


    Des blagues d’Omar et Fred, mais mon petit Mister Bama, Ô bama, il ne fallait pas y toucher


    Je suis sûr que c’est des petits whites au torse blanc portant la croix qui ont fait ça


    Ou alors les Matt Damon du FBI qui n’en pouvaient plus


    De se voir embourber dans les casbahs au milieu des bouddhas


    J’y crois pas Mister Bama, il t’on fait ça, comme JFK et son fusil à six coups


    Tu ressembles à une citrouille écrasée


    Comme dans une chronique dans une limousine noire


    Je te vengerais, je suis sûr, je te kiff comme on aime sa mère


    Je ne crachais pas dans la soupe comme ces journaleux de couleur


    Ou ces chroniqueurs à la petite semaine, je t’aimais Mister Bama


    Mais c’est quoi cette musique qui vient de la cuisine


    Et ma mère qui crie dans mes oreilles “lève ton cul, il est déjà huit heures”


    Mais Mister Bama j’en crois pas mon réveil, il a déconné


    Cette putain de Rolex à cloche n’a même pas sonnée


    Comme je suis content Mister Bama tu es toujours là


    C’est juste moi avec ma déprime


    Et un foutu mauvais rêve


    Je m’étais juste trompé d’heure, enfin tu es toujours là


    Ouf Ouf j’y crois pas, quelle blague mes neurones m’ont joué là


    Ce matin je ne vais pas insulter le chauffeur de la RATP


    Car tu seras toujours avec moi


    Mon Mister Bama à moi



    Jean-Luc Cramatte

    imprimer ce texte
    texte en plus grosses lettres
         
       
    / / ADMINISTRATION