Revue Echange
  sommaire auteurs bibliothèque livre d'or liens David Collin recherche
A B C D E F G
H I J K L M N
O P Q R S T U
V W X Y Z    
CHRONIQUE
ECOUTER/VOIR
ENTRETIENS
EVENEMENT
FIGURES
FORMES
FRAGMENTS
GESTES
IMAGINE...
LIRE
PASSAGES
RECITS
REGARD
TRACES
VASES COMMUNICANTS
VOYAGES

THÉMATIQUES
  • Fêter Marignan, défaire la pensée
  •  
  • Coïncidence/correspondance
  •  
  • La disparition de Gérard Bourgarel
  •  
  • Livre ou scénario ?
  •  
  • Notre tribunal militaire
  •  
  • Contre la cécité volontaire
  •  
  • Stella (2)
  •  
  • Stella(1)
  •  
  • Les loukoumades
  •  
  • La Maladie de la valeur
  •  
  • La Grande hypocrisie
  •  
  • Dernier jour.
  •  
  • Sabato et son double
  •  
  • Qui après Chessex ?
  •  
  • Vénérations contraires
  •  
  • De l'Amérique
  •  
  • De la chute des corps
  •  
  • Chutes
  •  
  • Cauchemar : mister Bama
  •  
  • La Traviata à la gare de Zürich
  •  
  • La communion
  •  
  • Les boucles d'oreille turquoises
  •  
  • Chute de barrières
  •  
  • La non-lecture ou l'impromptu afghan
  •  
  • Marie
  •  
  • Les serpents qui sifflent au fond de nos bouches
  •  
  • Céline et Celan vont en bateau...
  •  
  • Figurez-vous une soupe claire
  •  
  • La mort d'un arbitre
  •  
  • Le vaporisateur
  •  
  • Le polo Lacoste
  •  
  • L'apparition
  •  
  • Old look et New order
  •  
    La Traviata à la gare de Zürich

    C'était ce soir sur ARTE, un première extraordinaire: l'opéra de Verdi, la Traviata, en direct de la gare de Zürich ! On ne peut pas rêver une production aussi réussie, aussi accessible, aussi contemporaine, intelligente, bref fabuleuse. La prise de son, la caméra mobile, l'opéra en direct sur internet, les possibilités de réagir, tout contribue à cette réussite. Sans parler du public, qui participe plus ou moins volontairement au spectacle, qui applaudit, qui traverse la scène. Sans parler de la gare elle-même, du décor, des trains, de l'ambiance nocturne magique. On ne peut pas rêver mieux. Bravissimi. Le spectacle et ses coulisses sont à voir sur www.arte-tv.com pendant trois semaines.


     


    © SF/ Markus Bertschi





    David Collin

    imprimer ce texte
    texte en plus grosses lettres
         
       
    / / ADMINISTRATION